Vous le savez, j’en avais parlé lorsque l’affaire était parue. Twitter a annoncé il y a quelques mois son API 1.1, une vaste blague ayant pour but “d’uniformiser l’expérience de l’utilisateur”, et qui se résume à faire un magnifique doigt d’honneur aux utilisateurs et des développeurs.

Die, bitch.

Pour résumer, la nouvelle version de cette API (qui est désormais la seule fonctionnelle) repose sur deux points principaux :

  • Le nombre de requêtes est limité à 60 par heures pour les requêtes de la timeline et l’envoi des tweets
  • Une application ne peut pas avoir plus de 100000 utilisateurs

Un cadeau pour les utilisateurs, et un cadeau pour les développeurs. Merci Twitter!

La stratégie derrière tout ça est claire : ces limitations ne s’appliquant qu’aux apps de tierce-partie, les utilisateurs vont, faute de patience, migrer vers l’app officielle de Twitter, sur laquelle ils ont un contrôle total.

Problème : l’app officielle de Twitter, elle est nulle. Absence totale de configuration, aucun choix pour le service d’upload de photos par exemple (obligation de passer par le service extrêmement limité et mal conçu de Twitter), impossible d’afficher les pseudos en place et lieu des “noms réels” -chose que j’ai toujours trouvée débile, étant donné que ce n’est pas avec ce nom qu’on interagit sur Twitter, mais avec le pseudo, interface lente, moche et mal pensée, obligation d’afficher le détail d’un tweet pour interagir avec, etc. Oui, etc, parce que je pourrais continuer pendant longtemps.

Donc, Twitter, fais bien les choses. Plutôt que de tenter de tuer ceux qui ont contribué à ta réussite, tu ferais mieux de chercher de vraies solutions au problème. Parce que oui, ceux qui utilisent les apps tierces, malheureusement, ce ne sont pas les utilisateurs lambda; et ces utilisateurs-là, ils n’étaient pas sur Twitter il y a deux-trois ans, quand tu en avais encore quelque-chose à foutre d’eux.

Donc voilà, Twitter me gonfle, et je suis trop accro pour le quitter, donc je reste. Comme tout le monde. Comme un mouton. Tant pis pour moi, de toute façon dans la vraie vie, c’est toujours le méchant qui gagne.

En attendant, il y a une solution à ces problèmes d’API : se faire passer pour Twitter. Pour ça, c’est simple, il suffirait de récupérer les clés d’API des apps officielles, qui ne sont, elles, pas bridées. Sauf qu’elles sont secrètes, et que personne ne peut les récupérer…

…oh, mais attendez. Quelqu’un l’a fait.

Twitter for iPhone

Consumer key: IQKbtAYlXLripLGPWd0HUA
Consumer secret: GgDYlkSvaPxGxC4X8liwpUoqKwwr3lCADbz8A7ADU

Twitter for Android

Consumer key: 3nVuSoBZnx6U4vzUxf5w
Consumer secret: Bcs59EFbbsdF6Sl9Ng71smgStWEGwXXKSjYvPVt7qys

Twitter for Google TV

Consumer key: iAtYJ4HpUVfIUoNnif1DA
Consumer secret: 172fOpzuZoYzNYaU3mMYvE8m8MEyLbztOdbrUolU

Twitter for iPad

Consumer key: CjulERsDeqhhjSme66ECg
Consumer secret: IQWdVyqFxghAtURHGeGiWAsmCAGmdW3WmbEx6Hck

Twitter for Mac

Consumer key: 3rJOl1ODzm9yZy63FACdg
Consumer secret: 5jPoQ5kQvMJFDYRNE8bQ4rHuds4xJqhvgNJM4awaE8

Twitter for Windows Phone

Consumer key: yN3DUNVO0Me63IAQdhTfCA
Consumer secret: c768oTKdzAjIYCmpSNIdZbGaG0t6rOhSFQP0S5uC79g

TweetDeck

Consumer key: yT577ApRtZw51q4NPMPPOQ
Consumer secret: 3neq3XqN5fO3obqwZoajavGFCUrC42ZfbrLXy5sCv8

(Qu’est-ce que j’aimerais que Twitter me demande de retirer cet article. On s’amuserait bien.)